25juin 2021

Test express d'un Caravelle Kitchen Grillon (baroque)

Matthieu, la cheville ouvrière de Caravelle Kitchen, m'a de nouveau prêté une de ses récentes réalisations, afin que je partage encore une fois ici mes impressions vis à vis de son travail. Le ukulélé revu aujourd'hui est un tout petit soprano, répondant à l'amusante appellation de 'Grillon'. Il s'agit d'une version à la finition baroque de toute beauté, plus travaillée que certains autres modèles de cette même série (aux rendus tout aussi réussis, mais souvent plus classiques).

Caravelle Kitchen Grillon, juin 2021
Comme pour le Scarabée qui m'a été confié il y a quelques mois, je n'ai pas voulu trop jouer l’instrument, afin de ne pas risquer de marquer le corps ou la touche. Je vous partage donc, dans ce billet, un avis sincère mais rapidement construit. Je n’ai pas pris le recul suffisant pour être à même d'établir une notation ou une comparaison pleinement étayée avec d'autres sopranos. Je présente donc ici un ressenti brut, assez bienveillant, sur ce bel instrument.

Spécifications

- Table en cèdre massif
- Fond et éclisses en acacia massif
- Manche en acajou
- Touche en palissandre
- Clés à friction génériques
- 15 frettes (plus une frette zéro)
- Chevalet en palissandre, avec sillet compensé
- Finition naturelle, satinée
- Cordes en fluocarbone

Conception, esthétique

Comment débuter ce billet sans énoncer l'évidence absolue : ce petit grillon est trop mignon. Nos camarades du Japon s'égosilleraient en lançant de joyeux 'Kawai !', s’ils découvraient la bouille adorable, la forme de cacahouète et les drôles de moustaches de cette jolie bestiole. A la réception du colis, j'étais comme une fillette au rayon peluches du BHV, ému par tant de mignonerie. Ma grande de 11 ans a eu cette même réaction quand je lui ai présenté, laissant échapper un 'trop choouuuuuuuu !' de circonstance.

Le tout petit gabarit de ce ukulélé et la forme d’arachide de son corps, tout en arrondis, lui confère une allure à la fois enfantine, raffinée et baroque. J'aime beaucoup l'harmonie naissant de l'alliance de la table couleur Miel, en cèdre massif, au reste de la caisse en acacia (toujours massif) d'une teinte brun clair assez lumineuse. Le manche en acajou adopte une nuance très voisine de celle du fond, rappelant le pain cuit, ce qui complète parfaitement la justesse du tableau. Un binding en perloïd sombre, très bien posé, assurant la jonction entre table d'harmonie et les éclisses, apporte un beau contraste, une démarcation élégante. La bouche est cerclée d’une fine rosace à la peinture noire, qui confirme la justesse de l'ensemble.

L'élément le plus intrigant du corps de l'instrument est ce chevalet en palissandre verni, équipé d'un sillet compensé. Sa forme qui rappelle une moustache des années folles ou un chapeau inversé, apporte un petit brin de folie. Etant donné la petite taille du uke, l'adoption d'un design original pour ce composant d'accastillage saute immédiatement aux yeux. A lui seul, ce curieux chevalet amène une grande partie de l'esthétique baroque du Grillon.

Vues du Caravelle Kitchen Grillon, juin 2021

Le manche qui prolonge le corps est vraisemblablement composé de deux morceaux d'acajou, dont l'assemblage au niveau du talon est très discret. Il est paré d'une touche en palissandre de 15 cases, agrémentées de quelques repères de position (en 5,7,9, 12, 15). Une frette zéro, en bas du manche, assure la justesse des cordes à vide et confère une hauteur optimale. La tête, dont la face avant est d’une couleur rappelant les caramels bretons, est d'une forme très traditionnelle, avec trois pointes rappelant le style Martin. Celle-ci est d'une taille tout à fait standard, alors que le reste de l'instrument est globalement minuscule. Cela ne choque absolument pas l'œil, mais j'avoue que j'imaginerais assez bien ce ukulélé coiffé d'une extension plus menue, pour accentuer encore l'apparente petitesse de l'insecte.

Les mécaniques à friction, positionnées sur cette tête, sont similaires à celles installées sur le Scarabée que j’ai chroniqué il y a quelques semaines. La plupart des remarques émises alors s'appliquent encore, bien que je trouve l'accordage plus aisé sur ce modèle.

Finitions, cordes et réglages

Rappelez-vous que j'ai tendance à avoir une grille de lecture moins exigeante sur les finitions quand j'ai entre les mains un instrument réalisé par un semi-pro passionné, dans son petit atelier au fond du jardin. Mattieu n'a pas de moyens comparables à Kala ou Ohana pour produire ses ukulélés, pourquoi devrais-je alors en attendre un niveau de réalisation équivalent dans les petits détails ? Toutefois, sur le modèle que nous examinons ici, la question ne se pose quasiment pas. En effet, ce Caravelle Kitchen est le mieux fini que j'ai eu entre les mains jusqu’à présent. La finition est vraiment à la hauteur, de l'esthétique globale et de la qualité des bois proposés.

Les éléments qui m'apparaissent comme améliorables étant somme toute rares, je me permets de les lister sans prendre trop de gants, car le reste de l'instrument est top :

  • La jointure entre les deux éclisses, au bas de la caisse, est assez visible. Nul doute qu'il s’agit ici d'un point assez complexe de la réalisation, mais mon concert Caravelle est mieux réussi sur ce point.
  • Le talon du manche ne descend pas jusqu'au bas de la caisse. J'ai déjà rencontré le cas sur d'autres ukulélés. J'avoue toutefois préfèrer quand le talon est dans le parfait alignement du fond, l’ensemble est alors, à mon avis, plus esthétique. Ici, il manque à peine 3 mm, c'est un peu dommage.
  • Une rayure, ultra discrète, orne la tête, sans doute liée à l'étape de primo-cordage. C'est un petit rien, mais un acheteur maniaque le verra.
  • Le vernis de la table (et de la tête, ce qui rejoint le point précédent) me semble assez fragile. Il est fin et très réussi, mais sa finesse me titille un peu, car cette propriété ne rime pas toujours avec résistance et tenue dans le temps.
  • Je crois qu’à la place de Matthieu, je nourrirai les touches en palissandre (avec de l’huile adéquate) avant de  proposer mes ukes aux musiciens. Cela éviterait une sorte de période de rodage, pendant les premières semaines de jeu, où les zones les plus jouées montrent une coloration plus foncée.

Vues arrières du Caravelle Kitchen Grillon, juin 2021

Le petit Grillon est monté avec des cordes fluocarbones qui lui siéent très bien. La tension de celles-ci est un peu insuffisante à mon goût. C'est ici une considération très personnelle : s'il s'agissait de mon instrument, je testerai d'autre jeux (toujours dans la palette fluocarbone) pour essayer d'avoir un ressenti un peu plus ferme sous les doigts. La hauteur des cordes est très bonne, l'intonation complètement juste.

Confort de jeu et qualité sonore

Ce mini soprano est très léger et montre un équilibre tout à fait correct (il a peut-être un infime tendance à basculer vers l'arrière, mais on ne ressent rien en jouant). Comme son grand frère, il se pare d'un manche qui est agréable à parcourir, où tout accord se plaque très aisément.

Je note toutefois quelque chose de vraiment singulier : son gabarit ne me va pas. Je trouve qu'il est tout simplement trop petit pour moi. En effet, je joue usuellement plus volontiers sur des ténors ou de grands concerts. Le passage à ce bébé tout mignon m'est alors assez difficile, plus que sur un soprano au format traditionnel Je ne dis pas qu'il est inconfortable, bien au contraire, il se love très bien entre mes bras et mon torse, mais je me sens 'gauche' avec.

L'analogie avec un poupon, que j'ai faite quelques phrases plus tôt, est alors assez pertinente : avec le Grillon, j’ai la sensation d’être empoté comme avec un nouveau-né. Je strumme tout doucement, je ne sais comment placer mes mains, j'ai peur de le laisser échapper. Je vais alors énoncer une remarque un peu macho ou clichée, et je m'en excuse d'avance, mais j'ai la sensation que cet instrument trouverait mieux sa place dans les mains fines d'une femme. Il faut de la délicatesse pour manipuler ce bout de chou.

Côté sonorités, le petit bonhomme n'usurpe pas son nom. Comme l'insecte chanteur, il est minus mais il fait un sacré bruit. J'ai été surpris par sa projection, meilleure que sur des instruments deux fois plus grands (souvent alors en bois de cagette). J'ai apprécie son sustain très satisfaisant. Le son produit a beaucoup de punch et transpire quelque chose de joyeux et tonique. Il lui manque peut-être d'une once de profondeur pour être pleinement à mon goût, comme si tout était un petit peu compressé ou contraint. Ceci n'est pas surprenant, quand on y réfléchit, vu le peu de surface vibrante (pourtant de qualité) dans lequel la musique prend ici naissance. Dans le fond, il faut rester réaliste, on ne peut pas espérer d'un micro soprano qu'il puisse sonner comme un grand ténor.

Conclusion

C'est un bien bel instrument que m'a confié Matthieu, qui mixe une esthétique très réussie, une finition cohérente et une vraie qualité sonore. Ces belles propriétés lui permettent de justifier pleinement son appellation de Grillon : il est petit mais costaud !

Sa taille lilliputienne m'a un peu surpris et m'a laissé un peu maladroit dans sa manipulation. Je l'imagine aussi plus facilement joué par des femmes ou des adolescents. Cette considération est à prendre avec des pincettes, elle n'est basée que sur mon ressenti, après quelques heures de jeu.

Je crois que ce ukulélé est proposé aux environs 160 euros. A ce tarif-là, je n'ai en tête que quelques références dans les marques phares du marché, qui associeraient bois massifs et esthétique agréable (je vous renvoie, encore une fois, au billet lié au Scarabée). Aucun de ces modèles standards ne serait alors aussi original que le Caravelle Kitchen présenté aujourd'hui.

Garderais-je le Grillon baroque
Pour satisfaire mon UAS (Ukulele Acquisition Syndrome), oui. Ce serait le ukulélé que tout le monde remarquerait et voudrait essayer dans ma collection. Pour jouer au quotidien, non, car je lui préfère un concert assez atypique, au gabarit beaucoup plus imposant, que Matthieu m'a assemblé il y a quelques mois. Essayant d'éviter que mon petit chez moi étouffe sous les instruments non joués, je vais le rendre à Matthieu pour qu'il lui trouve une famille aimante, qui lui fera toutes les gratouilles qu'il mérite.

Curieux du travail de Caravelle Kitchen ? Je vous invite à visiter le site web. Ce Grillon, ainsi que ses camarades de nuée, y sont présentés de belle façon.

aucun commentaire

Fil des commentaires de ce billet

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://www.ukulely.com/index.php?trackback/17